Implants vs techniques conventionnelles

Rate this post

couronne-zirconeAvant l’existence de l’Implantologie dentaire, un édenté total n’avait pas d’autre solution que les prothèses amovibles, les grands édentés aussi, majoritairement. Les patients peu édentés mais ne disposant pas de dents naturelles suffisamment résistantes sur l’arcade étaient dirigés également vers ces systèmes considérés alors comme une étape avant d’en venir à l’édentation complète à court ou moyen terme. C’était une façon de limiter les dégâts.

Ces prothèses amovibles occupent un volume plus important que les dents, parfois même beaucoup plus important. Elles donnent aux patients le sentiment d’un objet rapporté et mal intégré. Leur dépose plusieurs fois par jour, nécessaire pour leur entretien, est un rappel permanent de leur infirmité. Même lorsque ces prothèses sont bien tolérées, il existe un effet synergique dans la psychologie de l’individu qui fait qu’une autre dégradation, capillaire par exemple, va devenir exagérément insupportable.

Certaines de ces prothèses sont munies d’un faux palais pour des raisons de maintien. Ceci a pour conséquence une altération du goût, doublée d’un éventuel problème de phonation, et une perte du sens du contact. Le toucher buccal permet de mieux percevoir la consistance des aliments et leur palpation renseigne sur leur forme. Ces éléments font partie de la gustation, et leur absence est un handicap qui replace la gastronomie dans les souvenirs lointains.

Ces prothèses peuvent aussi être mal supportées pour des raisons de douleurs permanentes ou occasionnelles. Elles sont parfois peu rétentives, elles ont de fâcheuses tendances à s’échapper.

Leur liberté est insupportable. Elles gardent un côté antinaturel, on n’a d’ailleurs jamais pu faire supporter un appareil amovible à un animal accidentellement édenté.

L’efficacité des prothèses amovibles dans l’acte masticateur est toujours plus ou moins perturbée. Le régime alimentaire s’en ressent, inévitablement. En France c’est 50% de la gastronomie qui se trouve de ce fait rejetée. Ce problème n’existe pas dans tous les pays, mais les Français doivent être traités avec des soins particuliers, en fonction de leur attachement pour leurs petits plats préférés. Il arrive cependant que ces appareillages soient parfaitement tolérés. Je dirai que dans ces cas là, ils sont bienvenus, et les patients satisfaits n’ont alors aucune raison de rechercher une solution différente. Un autre système peut s’avérer moins efficace et même perturbant. Il ne faut jamais proposer un travail prothétique implanto-porté à un patient satisfait de ce qu’il porte en bouche.

Face aux appareillages amovibles, les implants apportent deux types de service. Celui qui est le plus souvent demandé, généralement par l’intermédiaire du confrère qui a tout essayé pour faire tenir la prothèse de son patient, est de créer un système implanté sur lequel la prothèse amovible existante, en question, va pouvoir venir se fixer par clipage. Ces systèmes peuvent être très discrets et assurer seulement le maintien efficace de l’ensemble. Il peut aussi être plus conséquent et supporter une part des forces masticatrices. Par la même, ils soulagent les tissus gingivaux et suppriment les douleurs ou les blessures.

Le deuxième type de service est d’ajouter sur les arcades dentaires les implants qui vont permettre la réalisation de prothèse fixes.

Avant l’existence de l’Implantologie dentaire, une édentation d’une ou de quelques dents pouvait être restaurée par l’adjonction d’une prothèse fixe. Cette solution reste une excellente solution encore aujourd’hui, lorsqu’elle est fonctionnellement et psychologiquement bien supportée.

La prothèse fixe permet des reconstitutions, à la fois esthétiques et confortables. Elle noccasionne des douleurs que lorsque les dents naturelles utilisées s’affaiblissent ou s’infiltrent. Ces défauts sont rares et généralement parfaitement réversibles lorsqu’ils sont traités à temps. Ils restent néanmoins un signe de précarité à moyen ou long terme.

En fait l’Implantologie dentaire est très étroitement liée à la discipline de la « Prothèse Fixée ». Les implants dentaires sont apparus précisément, pour permettre la réalisation des prothèses fixes dans les cas où seules les prothèses amovibles étaient envisageables.

Les implants dentaires permettent aussi d’économiser l’utilisation des dents naturelles pour maintenir les prothèses fixes.